I. À l'ombre du théier

Cette première collection intitulée À l’ombre du théier, puise son inspiration dans l’atmosphère des salons de thé de la fin XIXème au début du XXème siècle. Crêpes et chiffons fluides et aériens,  lin et cotonnades aux accents moirés. Camaïeux de couleurs émail, porcelaine et darjeeling, laines et tissage à la main . Un subtil alliage teinté d’opium, oolong et d’étain, donnant une note de mélancolie, doublée de poésie. Comme autant de conversations perdues dans les vapeurs du thé, dont les feuilles imprègnent poches et empiècements des vêtements.

La tendance est à l’épure de la coupe, la silhouette longiligne, tantôt dissimulée derrière un délicat jeu de vêtement-étole, tantôt révélée par des bustiers souples. Les pièces constituent ainsi un vestiaire imprégné de féminité autant que de masculinité, empruntant des éléments iconiques à l’un et à l’autre, pour se forger une nouvelle identité. Une certaine ambivalence que complètent des contrastes de matité et brillance et jeux de proportions des longueurs. C’est ici que l’ombre du théier prend tout son sens: le paraître fusionne avec l’intime, tournant le dos à l’étiquette, aux codes et règles préétablis, aux bords frangés, dont il émane finalement une certaine harmonie.

This first collection named In the shadow of the bush draws its inspiration in tearooms atmosphere from the end of the 19th to the beginning of the 20th centuries. Crepe and fluid, airy fabrics, linen and cottons with a bright touch. Subtle shades of enamel, porcelain and darjeeling, wools and handmade weaving. A delicate alloy stained with opium, oolong and tin, giving a touch of melancholy, doubled with poetry. As many conversations lost in tea steams, which leaves impregnate pockets and yokes.

The purity of the line, the slender silhouette, sometimes hidden behind a delicate game of «shawl garment», some other times revealed by smooth bustiers. The pieces establish that way a wardrobe which combines feminity and masculinity, borrowing iconic elements to one and the other in order to create a new identity. A certain ambivalence that complete mattness and brightness contrasts and length proportions. There the shadow of the tea bush has a real meaning. Appearance merges with intimacy, turning our backs to etiquette, preset codes and rules, to raw edges, from which emanate finally a certain harmony.