Un vestiaire engagé

 

Une production respectueuse de son écosystème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vêtement aux valeurs curatives

 

 

 


 

Toutes les pièces Carlinae sont réalisées par nos soins, au sein de notre atelier parisien, en très petites séries, voire pièce unique. Ayant en effet à cœur de conjuguer élégance et écologie, nous avons fait le choix de ne pas produire en amont, en vue de limiter le gaspillage vestimentaire.

De la même manière, nos tissus proviennent en grande majorité de deadstocks de grandes maisons de couture. Un processus créatif favorisant le recyclage et ainsi le respect de l'environnement, au profit du bien-être du consommateur, que nous employons également lors de la phase de modélisation des vêtements, optimisant et recyclant les papiers et cartons servant à l'élaboration des patrons. 

Le vestiaire Carlinae se décline en lignes épurées, alliant douceur, fluidité des tombés et structure des coupes, pensés et conçus avec un soin tout particulier apporté au détail, à la finition des produits. Des pièces dont il émane déjà un semblant de vécu, qui se veulent garantes d’assurance et de protection, voire même, dotée d'une dimension «curative», réconfortante.


Cultiver une forme de paraître plus subtile, forte de cette authenticité (re)trouvée et d’une élégance à l’air naturel. L'assurance comme plus bel atour, surgie d’un besoin de se définir, de s’inscrire dans sa propre identité, avant d’appartenir à un groupe, une communauté.

Une ode à l'héritage culturel

Carlinae présente au travers de ses vêtements un attrait profond pour les notions de lien, de connexion, d’attraction, mais aussi, il faut bien l’admettre, de répulsion qu’inspirent entre elles les différentes cultures.
De cette nuance si infime entre Amour et Haine, de la force de cette dualité émotionnelle que sous-tendent les rapports qui divisent les différentes cultures la griffe s'est taillée dans une fibre prônant l’interculturalisme. Se voulant ainsi garante des notions de respect, d’emprunt, et non de copie, d’échange, de transmission, dans l’optique de créer sur une base hétéroclite à la démarche pacifiste et fusionnelle.
Il n’en demeure pas moins une certaine véhémence, une certaine verve créative résultant de failles constituées par une histoire, personnelle d’une part, mais aussi et surtout commune, un rejet d’adhésion, d’appartenance à une culture précise et surtout de s’enfermer dans une politique ethnocentriste.

 

Carlinae s’attache ainsi à conserver, revaloriser cette «authenticité de la source», croisant le fil avec les stéréotypes et idées véhiculés par l’imaginaire commun. L’origine d’une impulsion créative résultant pour elle d’une réaction, d’une émotion, d’un sentiment, d’un état d’esprit.
C’est ainsi prendre le temps d’observer, «d’apprivoiser» les cultures qui la nourrissent, l’enrichissent dans ses créations. On notera ainsi un certain attachement à l’idée de mémoire, qui se traduira également par la notion d'empreinte. La trace, la cicatrice, le stigmate se fait tantôt impression, motif dans les poches et empiècements, galon, la trame se dessine avec les bords francs et tissages marqués.